Skip to content

Le Marivaudage Dissertations

1°) Définition du marivaudage.
1°) Le marivaudage est un jeu…
Le marivaudage était une des principales distractions du 18ème siècle.
C’est un jeu pour les nobles de l’époque.
o Premièrement c’est un jeu de séduction. Le fait de séduire est plus important que la personne que l’on séduit. On se réjouit plus de conquérir l’autre que de le posséder. On remarque donc que dans l’Ile des esclaves,il n’est jamais question n’y de grand amours passionnés, ni sentiments profond… Mais seulement de ruse de séduction, d’armes, de fripon.
o Deuxièmement c’est le jeu de l’être et du paraître. Les pratiquants du marivaudage ne cesse de jouer sur leur apparence pour être plus attirants. Leur monde est un jeu de rôle. Par exemple, dans la scène 4 de L’île des esclaves, Cléanthis dénonce cette partiedu marivaudage : " Madame s’abstient souvent de mettre de beaux habits pour un mettre un négligé qui lui marque tendrement le taille ". On voit clairement que Euphrosine met un vêtement qui lui donne une image contraire à sa personnalité de femme superficielle. L’importance du paraître prône sur la beauté intérieur.
o C’est le jeu de stratégie. Il s’agit de choisir la cible en fonction deplusieurs critères définis (difficulté à séduire, réputation, richesse…) et de mettre au point un plan afin de conquérir la cible. Dans l’Île aux esclaves, les deux esclaves veulent séduire les deux maîtres (un objectif difficile) et définissent leurs stratégie (chacun parlera de l’autre), avant d’aller les voir.
2°) …qui a ses règles…
Le marivaudage a ses règles qui lui sont propres :
oL’utilisation d’un langage subtil. Le marivaudage passe par le langage. Il doit être rechercher et raffiné afin de montrer ses facilités à manier la linguistique. Arlequin, pour prouver son amour déclare : Faut-il m’agenouiller, […] pour vous convaincre de mes flammes et de la sincérité de mes feux ?
o L’utilisation d’une sensibilité raffiné. Les soi-disant vapeurs d’Euphrosine prouve sa " délicatesse ".
o Ilest réservé aux nobles, Euphrosine déclare " On est d’un certain rang, on aime à plaire ".
Il se déroule sous un certain schéma.
3°) … et où chacun à son rôle.
Je vais étudier successivement le rôle de chacun des sexes.
o l’homme est plutôt accès sur l’art de la rhétorique . Il doit utiliser des figures de styles telles que l’hyperbole, le cavalier qualifie Euphrosine de tout ce qu’il y a deplus aimable au monde. Il doit aussi se servir de jeux de mots, comme Arlequin qui se dit tendre comme le jour. L’homme doit essayer de séduire la demoiselle en flattant ses charmes et en exagérant ses sentiments.
o Le rôle de la femme est plus accès sur le physique et les charmes. Cléanthis décrit très bien ce rôle : vous vous donniez des tons, des gestes de la tête, de petite contorsions, desvivacités. Arlequin souligne que les mines sont importantes. Elle doit aussi jouer de ses formes et de ses charmes naturelles telles que la beauté des yeux ou des mains. En clair, la femme doit savoir utiliser ses charmes, tout en attendant les beaux discourt qui la flatte…
2°) Le marivaudage dans l’ île aux esclaves.
1. Il a un rô le humoristique.
Même si la pièce n’est pas particulièrementdrôle pour un lecteur actuel, l’Ile des Esclaves est une comédie, elle comporte donc certaines scènes à but comique. On remarque que la plupart du comique de la pièce vient du marivaudage.
o Tout d’abord, dans la scène 3, la présentation du marivaudage d’Euphrosine par Cléanthis ridiculise celle-ci au plus au point… En effet, Cléanthis qui raconte de nombreuses petites histoires sur Euphrosinedoit probablement parodié ses manières.
o Puis, à la scène 6, dans laquelle Cléanthis et Arlequin parodient le grand monde, montre la superficialité du jeu amoureux de l’époque. La encore, le décalage entre la bouffonnerie d’Arlequin et son jeu a un but comique
o Finalement, dans la scène 7, ou Cléanthis utilise l’ironie par antiphrase filée pour seul but, une fois de plus de ridiculisé les...

Qu’est ce que le marivaudage ?
Le nom de Marivaux a donné naissance au verbe « marivauder » qui signifie « échanger des propos galants et d'une grande finesse, afin de séduire un homme ou une femme». Par extension a été créé le mot marivaudage. Il se rapporte comme le libertinage et le badinage (=plaisanter avec légèreté, s’amuser). Marivaux était accusé de ne pas parler le français de péchercontre le goût et quelquefois même contre la langue parce que ses phrases semblaient artificielles et maladroites, ses figures trop recherchées et obscures, et qu'il créait même des mots nouveaux commecette locution verbale qui nous paraît maintenant si courante, mais qui n'existait pas encore à l'époque, tomber amoureux. (Avant, on disait se rendre amoureux.) Ce goût pour l’affectation, cesimages incohérentes, définissent ce qu'on appelle, du vivant même de Marivaux, le marivaudage.
• Dès le XVIII siècle, le mot marivaudage a donc un sens péjoratif: il ne désigne pas seulement le style del'écrivain, mais aussi cette forme morale et psychologique; l'excès que Marivaux met en pratique dans ses romans, dans ses comédies et dans ses essais. Le marivaudage est le mélange desregistres_opposés.

• Le mot va ensuite devenir positif et prendre un second sens plus général : il décrit un certain type de dialogue amoureux, il renvoie à une certaine façon de vivre l'échange sur le mode dela galanterie et du badinage. C'est dans ce sens large que le mot est de nos jours le plus couramment employé pour désigner une atmosphère enjouée et spirituelle, des rapports amoureux fondés sur lejeu et la séduction.
Silvia :
Silvia est la fille de Monsieur Orgon, la sœur de Mario et l’amante de Dorante (son prétendant). Elle joue un rôle important dans Le jeu de l’amour et du hasard car elleest présente dans 20 scènes sur 32. C’est le personnage principal de cette pièce.
Silvia est une jeune aristocrate, intelligente et fine, son éducation la destine à faire un beau mariage. Elle...